Show and Tell - janvier 2008




Kiss the Cod, Goodbye.
« Adieu la morue». (Détail)
Judith Dallegret

L’histoire de mon tapis représentant une morue

Ce tapis a été crocheté avec de très larges lanières de laine #9 et 10 (1/2 puce), toutes teintes à la main par moi-même. J’aime l’aspect antique et primitif pour mon propre travail. 

Les couleurs vives vont s’atténuer par le temps mais c’est sans importance car c’est tout à fait normal pour un tapis crocheté. L’arc en ciel était souvent utilisé pour la courte pointe et les tapis d’antan.

Pourquoi une morue ? Ayant des racines solides en Nouvelle Ecosse et étant l’arrière-arrière petite-fille de capitaines qui naviguaient sur tous les océans du globe, j’ai toujours eu de l’amour et du respect pour la mer et tout ce qui y vit. Mon arrière-arrière-arrière grand-père le plus illustre fut le capitaine David Morehouse qui trouvât le navire fantôme, le Marie Céleste, en navigant au long de la côte africaine.

J’ai lu un jour dans « Rug Hooking Magazine » qu’une tapissière du Maine avait fait un tapis représentant ce navire pour sa maison d’été en Nouvelle Ecosse et qu’il avait été volé. Je me suis toujours demandée s’il avait été retrouvé tout en pensant que c’était une merveilleuse idée d’honorer ce majestueux navire par un tapis. J’aurais dû le faire moi-même mais j’ai choisi la morue. Chaque été, lorsque je retourne à la maison à Sandy Cove, dans le rétrécissement de Digby en Nouvelle Ecosse, il me semble qu’il devient de plus en plus difficile d’y trouver le poisson dont les magasins de Montréal sont bien pourvus. Au marché de Toulouse en France on voit des tas de poissons identifiés, provenant de partout mais il n’y en a aucun de la Nouvelle Ecosse. La provision de poissons diminue, non seulement à Terre Neuve mais partout dans le monde. Cela m’attriste beaucoup. Si nous ne pouvons pas sauver la morue comment nous sauver nous mêmes? Alors, j’ai fait un tapis honorant la puissante morue et je l’ai intitulé « Kiss the Cod, Goodbye » (Adieu la morue). Il se trouve devant ma cheminée en Nouvelle Ecosse.



Saumon fumé
Ailish O'Keeffe

Un jour, j’ai vu une image d’un poisson fumant une pipe et j’ai pensé que ce serait parfait pour un tapis.
J’ai parlé de mon idée à Judith qui m’a donné le dessin d’un poisson que je pouvais utiliser comme base d’un tapis intitulé « Saumon Fumé ».
J’ai utilisé du drap de moine comme fond et de la laine coupée au # 6. Les couleurs comprennent un saumon intense, du pourpre et du jaune, mélangé à de la laine à teinture tachetée pour faire un ensemble intéressant. La pièce mesure 37 ‘’ x 20 ’’ et est destinée à la décoration d’un mur.



Aquarium
Dessin de Pearl Mc Gown, excécuté par Sally Perodeau

L’aquarium est un très vieux motif qui éveilla mon imagination. Je me suis éprise de ce dessin par Pearl Mc Gown parce qu’il est si différent de ceux que l’on voit d’habitude.
Le tapis a été exécuté au # 3 dans du matériel glané de mes camarades tapissières. Les verts que j’avais d’un cours de monochromie faisaient l’affaire pour les plantes. Pour les tortues j’ai utilisé de la laine pour gobelins. Le sable est fait de laine à tricoter variée.
J’étais pressée de commencer et j’ai omis de transférer le dessin sur une toile de fond neuve. Après 30 ans, j’aurais dû savoir mieux !!! Hélas, j’ai payé pour mon impatience. Le jute s’est cassé à différents endroits et j’ai dû faire des réparations fastidieuses. Alors, tirez profit de mon malheur et ne faites jamais
un tapis sur un vieux fond.
À cause de la faiblesse du jute la seule option était de l’utiliser comme tapis mural. Comme il est trop délicat pour être encadré par un professionnel, je l’ai pressé moi-même et il pend maintenant dans la chambre de mon petit-fils.
Je remercie Lois Morris pour les conseils qu’elle m’a donnés pendant la réalisation de ce tapis. Elle a aidé beaucoup d'entre nous pendant tous ces années.



Matin brumeux à Bar Harbor, Maine
Lois Morris
Un Fou
Il n’y a rien de tel que de se trouver près de l’océan en profitant de la paix et du silence très tôt le matin, avant que nul autre se soit levé. Nous faisions du camping à Bar Harbor, Maine et je m’étais levée bien avant les autres. Le matin était brumeux et je dégustais mon café au bord de l’eau. A distance, dans la mer, j’aperçus un îlot montueux dont, malgré le brouillard, on pouvait tout juste distinguer le sommet. Plus près de moi sur une roche se tenait un grand oiseau. J’ai fait un rapide croquis de ce dernier avec l’intention d’en faire une peinture, une fois rentrée à la maison. Mais à la place j’ai décidé de le crocheter.

J’ai sorti la marmite et j’ai fait de la teinture pour le ciel. J’ai trouvé des restants de lanières de laine convenant pour l’eau et d’autres, de différents projets terminés, que je pouvais utiliser pour faire les roches. Ensuite, j’ai tacheté un peu de tissu de laine blanc pour l’oiseau et le tout, avec encore quelques autres restants, donne le résultat que vous voyez ici.

**Articles du blogue les plus consultés**

200 coussins

Rafraîchissement du site Web